La pauvreté a un visage de femme

Depuis plusieurs années, les 190 comités locaux du réseau Femmes solidaires font un constat alarmant : la pauvreté a un visage de femmes ! Dès 2006, partant de la parole des femmes, l’association a voulu dénoncer cet état de fait. Pendant plus d’un an, les Femmes solidaires ont recueilli à travers la France des centaines de témoignages, écrits par des femmes qui en quelques lignes ont raconté les situations du quotidien. De cette campagne est né un livre « j’écris, j’agis, je fais reculer la féminisation de la pauvreté ».
Depuis, la situation s’est aggravée dans un contexte international et national de crise. La baisse du pouvoir d’achat, la précarité, la mise en place des franchises médicales, … sont autant de coups portés en premier lieu aux femmes. Dans le monde, comme en France, 80% des pauvres sont des femmes. Il y a des raisons objectives à ces données. Les femmes subissent les temps partiels imposés, les écarts de salaires, les contrats précaires. La notion de classe moyenne tend à disparaître tandis que l’écart entre les riches et les pauvres se creuse de plus en plus.
Une personne pauvre en 2009 dispose d’un niveau de vie inférieur à 954 euros mensuels. Selon une étude de l’Insee sur la pauvreté (rapport août 2011), près d’un ménage français sur huit se situe sous le seuil de pauvreté, avec moins de 950 euros de revenu par mois.
En 2011 et pour la première fois de son histoire, le Samu social a constaté qu’il y avait maintenant plus de familles devant faire appel au 115 que de personnes isolées. Ce changement est le résultat de la crise du logement, de l’emploi et du pouvoir d’achat touchant plus particulièrement les familles monoparentales. Celles-ci majoritairement constituées d’une mère et de ses enfants, sont les plus touchées par la pauvreté : plus de 1,6 million de personnes vivant dans ces familles sont pauvres. Plus de 30% des personnes vivant au sein d’une famille monoparentale sont ainsi confrontées à la pauvreté, soit une proportion 2,3 fois plus importante que dans l’ensemble de la population. (Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion rapport 2009/2010).
Les féministes doivent mener une bataille singulière et acharnée contre l’une des violences faite aux femmes dans notre pays : la pauvreté.
Contact presse : virginie : 06.83.44.52.34

Fermer le menu