Tolérance zéro aux mutilations sexuelles féminines

6 février,« Journée de tolérance zéro aux mutilations sexuelles féminines »(M.S.F.)

La date du 6 février, entérinée par les Nations Unies comme Journée Internationale de lutte contre les M.S.F., célébrée pour la première fois le 6 février 2003, fait référence au Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles (CI-AF), créé le 6 février 1984 à Dakar, pour combattre les mutilations sexuelles féminines et les pratiques néfastes affectant la santé des femmes et des enfants.

En France, on estime à 65 000 le nombre de femmes et de fillettes mutilées ou menacées de l’être*. Ailleurs, sur le continent africain notamment, c’est plus de 130 millions de femmes et de fillettes qui sont concernées, dans quelques 26 pays.

Femmes Solidaires, mouvement féministe non sexiste, reconnue mouvement d’éducation populaire avec un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies, avec un réseau de 187 associations locales, agit ici par des campagnes d’information, de sensibilisation et de formation des femmes.

Femmes Solidaires agit également là-bas, en Ethiopie, par des projets concrets tels que le lancement en 2008 de notre campagne de marrainage de petites filles afars non excisées.

Femmes Solidaires, affiliée au Comité Inter-Africain depuis la conférence d’octobre 2008 au Caire, lance un vibrant appel de vigilance et de mobilisation générale le 6 février 2009, dans toutes les initiatives organisées ici et là-bas, pour dire que « La lutte pour l’élimination des mutilations sexuelles féminines n’est ni africaine, ni européenne, mais universelle. »

Fermer le menu